Accessibilité

Le Maghreb : une zone d'avenir en devenir

02 janvier 2016

Avec près de 90 millions d'habitants et des richesses naturelles importantes, l’économie du Maghreb affiche un dynamisme réconfortant dans le paysage mondial actuel. Ainsi, la croissance du PIB du Maroc devrait se situer à 4,9% en 2015 et à 3,7% en 2016. La Tunisie devrait, pour sa part, enregistrer une croissance de 3% en 2016 contre 1% en 2015. La croissance de l’Algérie devrait être de 4% en 2016 (contre 3% en 2015). L’industrie automobile, en plein essor, vient s’ajouter à l’énorme potentiel industriel de la région. La région, bordée au nord par la mer Méditerranée et à l'ouest par l'océan Atlantique, confirme sa place stratégique dans le transport international de biens industriels.

Le Maroc et Tanger Med en pointe

Le Maroc, 5ème puissance économique d’Afrique, entend attirer les industriels en développant ses infrastructures. Plusieurs initiatives témoignent de cette ambition. C'est le cas du port de Tanger Med, inauguré en 2007, qui est désormais l’un des acteurs majeurs de la logistique et de l’industrie au niveau mondial. Avec une capacité globale de plus de 8 millions de conteneurs, dont 40% vers le continent africain, Tanger Med est devenu un hub logistique de dimension régionale voire mondiale. Ce port est connecté avec 30 autres ports et 20 pays, ce qui lui a permis de réaliser en 2014 un chiffre d’affaires à l’export de 4 milliards de dollars et d’attirer plus de 2 milliards de dollars d’investissements privés. Le flux des conteneurs de produits de consommation transitant par ses eaux est estimé à 30 milliards de dollars par an, et  650 entreprises y sont actives dans différents secteurs.

Tanger Med est doté d’une zone franche dédiée favorisant la mise en place progressive et sur le long terme de zones d’activités à caractère industriel, logistique et tertiaire dans l’arrière-pays marocain, et plus largement dans la région du détroit de Gibraltar. La TFZ (Tanger Free Zone) a ainsi développé une nouvelle offre industrielle dédiée à l’industrie automobile et aux services de l’offshoring, proposant aux entrepreneurs des espaces prêts à l’emploi et un guichet unique pour la simplification des démarches a administratives ainsi que l’accompagnement personnalisé des investisseurs. Cette zone industrielle a permis de créer plus de 30 000 emplois directs depuis 2008, dans le sillage de l'installation de l'usine Renault qui a généré à elle seule 6 000 emplois. S’appuyant sur ses infrastructures nouvelles, le Maroc enregistre, en outre, des succès remarquables dans le secteur des hautes technologies comme l’industrie aéronautique. Ce secteur d’activité, né dans le pays au début des années 2 000 sous l’impulsion de Safran, compte à ce jour une centaine d'entreprises générant 10 000 emplois.
* L’offshoring désigne la délocalisation des activités de service ou de production de certaines entreprises.

L’Algérie attire les constructeurs automobiles et devient un marché clé de GEFCO

Après Renault qui a inauguré en novembre 2014 sa nouvelle usine à Oued Tlelat près d'Oran, c’est au tour de PSA Peugeot-Citroën de s’implanter en Algérie. Le gouvernement algérien a validé, le 17 décembre 2015, le projet d’implantation de l’usine PSA pour un investissement total de 100 millions d’euros. L’usine PSA sera située à proximité de l’usine Renault, sur un terrain de 60 à 70 hectares. L’usine fabriquera trois modèles : la Peugeot 301, la Peugeot 208 et la Citroën C Elysée. Le démarrage de la production est prévu fin 2018 / début 2019. L’usine passera d’une capacité de 25 000 à 75 000 unités par an, puis à 150.000 véhicules. Le site Peugeot accueillera, outre l’usine de montage et de fabrication, les équipementiers automobiles et les fabricants de pièces de rechange.

Avec une croissance du PIB de 3% en 2015 et des exportations dépassant les 60 milliards d’euros, l’Algérie est un marché dynamique qui nécessite de plus en plus la présence de prestataires logistiques déployant des solutions de supply chain complexes : 47% du PIB de ce pays dépendant de l’industrie, GEFCO est le partenaire idéal des industriels pour développer leurs activités nationales et internationales. L’Algérie est notamment le deuxième marché automobile du continent africain, et c’est tout logiquement que GEFCO y a ouvert une filiale en 2014.
Seulement un an après sa création, GEFCO Algérie s’est rapidement imposé dans le pays comme un acteur important de la logistique industrielle. Le chiffre d’affaires devrait atteindre les 10 millions d’euros en 2015.

Un succès rapide sur le marché algérien

Dès son arrivée sur le marché algérien, GEFCO a pris en charge la supply chain de véhicules finis de PSA et a rapidement développé un partenariat avec SAIDA pour gérer l’importation de ses véhicules sur le marché algérien. Après une année d’activité, plus de 55 000 véhicules finis ont été transportés par GEFCO sur le sol algérien. GEFCO a mis en place le premier atelier de préparation en véhicules finis d’Algérie à Mostaganem, et en a rapidement ouvert un second à Boufarik. Ce dernier propose également des services d’entreposage et de gestion logistique devenant ainsi la première plateforme multi-métiers en Algérie. Ce succès, GEFCO l’a construit en s’appuyant sur son expertise de la logistique automobile, ainsi que sur la croissance de ses flux intercontinentaux.

Un acteur du développement offrant des solutions de freight forwarding

S’appuyant sur un réseau international présent dans 150 pays, GEFCO Algérie propose des prestations de Freight Forwarding totalement intégrées pour gérer leurs flux intercontinentaux de manière optimisée. Ces prestations comprennent les opérations logistiques et douanières, les préparations de commandes, les prestations de cross-docking, l’enlèvement et le regroupement des marchandises, le contrôle qualité et la distribution capillaire. « Seul logisticien à maîtriser les supply chains globales et complexes, nous sommes heureux d’accompagner l’Algérie dans ses projets d’industrialisation et de développement du commerce extérieur » avait déclaré Luc Nadal, Président du Directoire de GEFCO, lors du premier anniversaire de GEFCO en Algérie.

Dans la ligne de développement du Groupe, GEFCO Algérie entend développer son portefeuille clients dans les secteurs du textile, de l’électroménager, et des pièces détachées.

Transmaghrébine, un axe fort de développement des échanges

Les échanges à l’intérieur de la zone restent limités et devraient être facilités par la Transmaghrébine, une autoroute qui traverse la Mauritanie, le Maroc, l'Algérie, la Libye et la Tunisie.
Elle desservira 55 villes, 22 aéroports internationaux, les principaux ports, les terminaux ferroviaires, ainsi que les principales zones industrielles.

Cette autoroute doit permettre d'intensifier les échanges intermaghrébins dans tous les domaines, de relier l'Europe au Maghreb et de faciliter les échanges commerciaux entre les rives nord et sud de la Méditerranée. Cependant, la réalité politique plutôt instable de certains pays de la zone pourrait être un obstacle à cette ambition. Le dernier tronçon de 22 km entre Oujda (Maroc) et la frontière algérienne devrait être opérationnel en 2019. L’accroissement des échanges dépendra in fine de la réouverture de la frontière terrestre entre le Maroc et l'Algérie.

Partager